Partagez  | 
 

 TEXTE - Traité équestre Avelar (par Loghi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Erdraug
Prez
avatar

Nombre de messages : 1605

Personnage à Aube
Nom: Maxime
Rôle: Un peu de tout
Délégation: Orga - Créateur du monde

MessageSujet: TEXTE - Traité équestre Avelar (par Loghi)   Mer 11 Juil 2007, 17:58

Traité équestre Avelar

par Loghi, éleveur Rorim
(Texte oral recueilli par un scribe Aradien)

Nous autres Avelars (et quand je dis nous, je te compte aussi, toi et ton peuple qui est à présent notre) avons une fascination pour les chevaux. Parce qu'ils sont les Fils des Vents bien sûr. Mais aussi parce qu’ils sont notre vie et notre façon de vivre.
Retiens bien cela.

Les Vents nous ont donné quatre races de chevaux, chacun Fils de l'un des Vents:
- issu de l'union du Vent de l'Est et de la Terre, le cheval des forêts est grand et lourd
- issu de l'union du Vent de l'Ouest et du Ciel, le cheval des steppes est plus petit et mieux adapté à la selle
- issu de l'union du Vent du Nord et du Feu, le cheval de montagne est résistant et agile
- issu de l'union du Vent du Sud et de l'Eau, le cheval de désert est le plus petit, et est élevé pour son lait

Nos chevaux sont élevés en semi liberté, car ils sont Fils et Filles du Vent, et en cela ils doivent rester libres et presque sauvages. Le jour, lors que nous ne chevauchons, pas ils sont attachés par de grandes cordes à une autre corde, elle-même reliée à deux poteaux espacés d'une grande distance. La nuit, ils sont en totale liberté (avec cependant des linges reliant leurs pattes), afin de pouvoir se défendre des prédateurs et des intempéries. Les chevaux sont craints des loups et savent, en groupe, se défendre face à eux, tout comme ils parviennent à lutter contre le froid. Ainsi, n'isole jamais un cheval, sauf pour le soigner. Et le temps du soin seulement...
Nous ne nourrissons pas nos chevaux, à part de quelques céréales lorsque nous sommes sur des terres peu fertiles et en déplacement forcé ou en combat (ce qui ces derniers temps est fréquent je te l'avoue). Ils trouvent sur les pâturages de quoi se nourrir et boire... à l’exception des chevaux de guerre, qui subissent un entraînement forcé.

En ce qui concerne l'élevage, ne frappe jamais un cheval de ton fouet : il ne sert qu’à indiquer, de son bruit porté par les Vents, la direction à prendre à la harde. Fais-le claquer au dessus de ta tête, et sers-t’en pour faire fuir les voleurs ou les bêtes sauvages.
Retiens bien cela: le cheval est un animal sacré. Même si ta religion diffère de la nôtre, tu dois reconnaître que cet animal est l'essence même des Vents et qu'il est prodigieux. Traite-le donc avec le respect qu'il mérite et n'hésite pas à lui parler : il doit être en harmonie avec l'Homme, tout comme nous devons nous faire accepter par lui et accepter ses besoins...
Pour cela le débourrage doit être suffisamment vigoureux, et le jeune cheval, qui est fougueux, doit apprendre à être approché et monté. Cependant explique-lui le but de cela: entretiens-toi avec lui avant et lorsque tu le montes, et présente-lui celui avec qui il va passer sa vie dès le début, afin qu'ils établissent une relation de confiance et tissent des liens si forts qu’ils pourront vivre en osmose... Car chez nous chaque Avelar naît avec au moins un cheval qui lui est destiné : ils grandissent et progressent ensemble, et le cheval fait parti de la famille au même titre qu’un parent ou un proche. Le cheval et le cavalier sont associés selon leur caractère et ils sont présentés officiellement aux Vents lors d'un rituel.
Après chaque montée du cheval ou après un entraînement il faut racler la sueur du cheval à l'aide d'une spatule en bois: le couteau de chaleur. Il te servira à entretenir et à connaître l'état de ton cheval, que tu détermineras en examinant et en goûtant cette sueur.
Faire suer les chevaux pour un éleveur est essentiel : cela te permettra de former des chevaux résistants et musclés. C'est pourquoi il faut les faire courir chaque jour et cela leur fait du bien.

Pour les chevaux consacrés à la guerre ou aux efforts violents, couvre-les de couvertures lorsque tu les fais courir : cela développe leur musculature et retire les graisses sur les muscles du dos. Les Fils de la Terre et du Feu sont les plus aptes généralement, bien que ceux du Ciel soient plus rapides: ces entraînements en font les meilleurs coursiers.... Cependant ils sont plus fragiles que leurs demi-frères : il faut donc procéder avec précaution et ne sélectionner que ceux qui sont aptes. Quant aux Fils de l'Eau, ils sont trop fragiles et un tel entraînement nuirait à la qualité de leur lait...
Ces doivent aussi être habitués au feu et aux batailles: tu dois leur apprendre à ne pas avoir peur du bruit de la chaleur et de la mort. Les Fils du Feu sont, par leur nature, moins craintifs en cela...


Maintenant je vais te parler des différents chevaux plus en détail. Chez nous, chaque Avelar est un guerrier potentiel, et les chevaux ne dérogent pas à cette règle. Cependant nous avons aussi un métier à part que nous exerçons tous les jours... et les chevaux aussi.

Les Fils de la Terre sont de grands chevaux robustes, lourds et forts: ils servent en particulier à tracter les lourdes charges telles que les chariots ou les rondins de bois. Au combat, ils sont principalement utilisés pour mener des charges lourdes.

Les Fils du Ciel sont eux des chevaux rapides et faciles à monter : ce sont d'excellents chevaux de course. Ils servent aux divertissements, aux déplacements, aux messagers et, en temps de guerre, aux éclaireurs et aux tirailleurs.

Les Fils du Feu sont quant à eux les chevaux les plus agiles et les plus résistants. Ils n'ont pas peur et sont assez fougueux: ils servent au déplacement en montagne d'où ils viennent, aux acrobaties équestres, à la chasse et surtout à la guerre. Ce sont les chevaux des guerriers de métier. En général, ce sont les chevaux annonçant la mort, ainsi que le présage le Feu dont ils sont issus.

Les Fils de l'Eau pour leur part sont des chevaux paisibles, petits et productifs en lait (la base de notre alimentation). Les juments sont traies et les étalons utilisés pour l'élevage des troupeaux de bétail : ils ont pour cela un rôle important. Ce sont les chevaux de vie comme le représente l'Eau dont ils sont issus.


Dans nos coutumes, il est une chose que les éleveurs et certains guerriers doivent apprendre : c'est l'acrobatie équestre. Outre le fait que cela offre un bon divertissement et suscite l'admiration de tous, elle a un but religieux et guerrier.
En effet lors de cérémonies célébrant les Vents et leurs Fils, les hommes et les femmes qui le souhaitent peuvent faire preuve de leur adresse et de leur complicité avec leurs chevaux devant les Vents, pour les remercier mais aussi attirer leurs faveurs... Aussi, pour se distinguer, un guerrier va montrer son adresse en effectuant à cheval des acrobaties avec ses armes (comme décocher des flèches sur plusieurs cibles debout sur sa monture au galop).
On peut aussi laver son déshonneur, un affront ou être testé en réussissant un parcours acrobatique... Des duels d'acrobatie sont souvent un bon moyen de régler pacifiquement les conflits a l'intérieur d'un clan ou entre clans (pour cela des joutes entre deux équipes armées de bâtons s'organisent... si l’on est touché a un endroit précis, on est éliminé et le perdant doit un cheval à celui qui l'a touché... non pas le sien mais celui du troupeau qui n'est à personne).
Il existe aussi des rituels au cours desquels un ou chaque clan doit verser du lait de jument sur l'herbe et dans l'eau pour demander aux Vents du Sud et de l'Est leur clémence pour la prospérité... L'éleveur doit pour cela traire le lait d'une Fille de l'Eau blanche, puis le placer dans une coupe en or qu'il remettra au Khan. Ce dernier en boit une gorgé et en verse une partie sur l'herbe, et une autre partie dans une rivière. Il en laisse aussi dans la coupe, qu'il pose sur le dos d'un poulain de la Terre, que l'éleveur fait ensuite partir non sans avoir préalablement demandé, à l’aide des incantations du chaman, leurs faveurs aux Vents. Lorsque la coupe tombe le chaman interprète, à l'endroit où est tombé le lait, les signes que la course du poulain et le lait indiquent sur le sol.
Des rituels guerriers et mortuaires sont effectués avec les Fils du Feu. Le rite le plus impressionnant est celui au cours duquel l'éleveur fait traverser un mur de feu au cheval puis, déguisé en esprit du feu, il crache du feu, représentant ainsi le Vent du Nord rasant les ennemis du clan... Le chaman, à coté ou autour, effectue généralement une danse pour bénir les guerriers qui partent au combat, leur accorder la victoire et emmener ceux qui tomberont auprès de leurs ancêtres et des Vents.
Parallèlement, les rituels spirituels et les départs sont célébrés avec les Fils du Ciel, comme par exemple lors d’un rite pour lequel l'éleveur est debout sur deux chevaux côte à côte, et conduit cinq chevaux tout en guidant le troupeau autour du chaman, qui demande aux Vents de protéger ses enfants et de nous accorder un bon voyage, sans trop d'intempéries. L'idéal étant de former une spirale avec les chevaux autour du chaman.

Nous avons aussi un rôle de "conteur comédien" (nb: euh, ça c'est à faire valider... je ne sais pas si c'est possible… je voyais ça pour les cérémonies religieuses et la tradition orale.... un peu comme un barde quoi... ou un peu comme les cérémonies en Mongolie au Népal ou à Bali ou c'est théâtralisé...)
C’est pour cela que l'éleveur de chevaux est aussi important dans la vie sociale que dans la vie religieuse. Nous devons connaître ces traditions et ces techniques, et les apprendre à ceux de notre peuple pour qu'elles se perpétuent.


Pour ce qui est de notre fonction économique, nous n'échangeons pas nos chevaux autrement qu'entre nous et sous le serment qu'ils seront traités avec le respect qui leur est dû... si ce serment est brisé, gare à la colère des Vents: ils viendront reporter le méfait au khan, au chaman ou à l'éleveur, qui pourront alors prendre une décision pour punir le mauvais cavalier qui maltraite sa monture... Mais cela est aussi valable pour l'éleveur, qui sera puni s'il ne respecte pas ceux qu'il élève... et il se doit aussi de faire respecter ce respect des Fils des Vents...
Donc nos chevaux ne sont vendus qu'entre Avelars...et ces chevaux qui sont échangés sont les montures qui n'ont pas de cavalier.
Nous ne mangeons pas de viande de cheval, sauf dans des situations particulières... le cheval tombé au combat peu être mangé aussi. Par contre nous nous nourrissons du lait que nous donnent les juments... Le lait s'échange sans aucun problème, tout comme les fromages ou l'alcool de lait de jument fermenté. Le crin est lui aussi utilisé, pour les vêtements ou les parures. Le crottin chaud peu être utilisé comme arme ou au naturel d'excellent engrais (ce que nous n'avons pas l'usage mais qui peu vous servir à vous, Avelar Aradien). Lorsque l’on soigne son cheval, on récolte la corne du sabot qui tombe ou qui l'encombre: la poudre de sabot est excellente pour le soin des cheveux, des ongles ou les poils et les sabots des Fils des Vent ou des autres bêtes; elle peut servir de médecine pour la peau. Elle sert aussi d'engrais...
En ce qui concerne le prix des chevaux, cela dépend à qui tu le vends et de quel cheval il s’agit: plus le cheval est bon plus il sera cher évidemment... mais si tu le vends à un autre clan il sera encore plus cher...
Les chevaux du désert sont les plus chers car ils servent à notre subsistance. Viennent juste après les chevaux de la montagne car ce sont ceux qui ont les aptitudes physiques les meilleures pour le combat. Ensuite sont les chevaux des steppes, puis enfin ceux de la forêt.
Les prix peuvent varier selon les besoins et les naissances du clan... mais rappelle-toi qu'ils sont les Fils sacrés des Vents. Ils ne doivent pas être vendus à la légère, à n'importe qui pour n'importe quoi et à n'importe quel prix...
Un cheval ordinaire coûte 120 as. En ce qui concerne les chevaux Avelars, je les estime à 130 as, et ce pour un cheval normal des forêts. Un cheval bien entraîné et en bonne santé: 140as. Et 150 as pour un cheval ayant un entraînement spécial en bonne santé de noble lignée ... les prix peuvent monter jusqu'à 250 as pour un Fils de l'Eau productif ou un Fils du Feu de noble lignée bien entraîné.


Est-ce bien l'erreur qui est humaine ou l'humain qui est une erreur?

La Marche, c'est fun!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinorus

avatar

Nombre de messages : 902

Personnage à Aube
Nom: Sans nom !
Rôle: Emmerdeur
Délégation: Pas la tienne !

MessageSujet: Re: TEXTE - Traité équestre Avelar (par Loghi)   Jeu 12 Juil 2007, 15:09

Un bon cheval, c'est un cheval servi avec une petite sauce mijoté... cuit au feu de bois...

Un délice Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imihel

avatar

Nombre de messages : 81

Personnage à Aube
Nom: Isandre
Rôle: Abbesse de Saint Féol et scribe
Délégation: Arada

MessageSujet: Re: TEXTE - Traité équestre Avelar (par Loghi)   Ven 13 Juil 2007, 07:05

Bon ben il me reste plus qu'à faire un exemplaire à la plume et voir comment le pseudo parchemin passe à l'imprimante. Et négocier le prix de vente et le partage dudit prix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TEXTE - Traité équestre Avelar (par Loghi)   

Revenir en haut Aller en bas
 

TEXTE - Traité équestre Avelar (par Loghi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Association Aube :: Le Monde de Aube :: Créations des membres -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit